Invitación

Invitación

“Levántate por la libertad de la creación de Gaia”

¡Queridos colaboradores!

Os invitamos a participar al taller telepático de LifeNet de enero de 2022, que tendrá lugar el sábado 22 de enero por la mañana a las 9:00 y se repetirá el miércoles 26 de eneropor la tarde a las 20:00.

El tema del taller es “Levántate por la libertad de la creación de Gaia” y tiene las siguientes secuencias:

¿Cómo liberar la esfera de conciencia de Gaia ocupada por patrones religiosos e ideológicos?

¿Cómo evitar el “agujero negro” que han creado las pandemias de Covid?

¿Cómo superar la distorsión oculta en la relación humana con Gaia?

¿Cómo superar el bloqueo que separa a la humanidad del mundo feérico y a los mismos seres humanos de nuestra propia dimensión feérica?

El programa del taller se puede encontrar en diferentes idiomas unos días antes en www.lifenet.si

Traductores de LifeNet y equipo organizador

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Inline Feedbacks
View all comments
Marie Agnès Gauthier

ATELIER TELEPATHIQUE DU 22-01-2022

Dressez- vous pour défendre la liberté de création de Gaïa

Expériences de Marie Agnès Gauthier

Syntonisation : Quand nous chantons, je sens que les voyelles font un lien entre toutes les entités visibles et invisibles que nous avons invitées. Se forme une sphère où tout est relié par l’intérieur. J’ai ensuite l’image du virus Covid avec ses piques toutes tournées à l’extérieur.
Séquence 1 : Je vois les hameçons comme un réseau enchevêtré de fil de fer accrochés avec avidité à une sphère de lumière et reliés par des fils de pêche aux humains à l’arrière de la tête. Je ressens une gêne au niveau du chakra de la gorge.
J’invoque la flamme violette pour dissoudre les hameçons. A ce moment se crée une grande agitation et désorganisation qui m’évoque l’affolement des guêpes quand on a donné un coup de pied dans leur nid.
Progressivement ça se calme, une réorganisation s’amorce lentement comme des couches subtiles qui reprennent leur place puis le calme revient.
Je ressens une grande paix dans mon cœur.
Ça met du temps entre ce qui se passe au niveau cosmique et ce qui arrive sur la terre. Au début il y a juste quelques humains surpris qui ne savent pas ce qui arrive. J’ai l’image de la place de la défense à Paris, immense et froide avec juste quelques humains qui se sentent seuls car ils sont peu nombreux et presqu’en état de choc. Puis petit à petits d’autres arrivent venant de partout. L’atmosphère est tranquille sans excitation. Les gens sortent d’une espèce de stupeur comme s’ils se réveillaient et ils commencent à se connecter calmement les uns aux autres. Ils partagent ce qui est là à l’instant pour eux. Il règne cette même atmosphère de tranquillité que précédemment, comme un nouveau mode de communication qui s’installe. Je sens de l’énergie dans mes reins comme un centre de gravité qui descend.
Séquence 2 : Trou noir
1 : Quand je visualise le cratère, je ressens un grand vide dans mon cœur, comme une dissolution de moi-même, le type de sensation que je peux éprouver quand quelqu’un m’a trahi ou m’a menti.
3 : Dans la direction opposée, au début je ressens une résistance et une difficulté à savoir quel est le sens des aiguilles d’une montre et donc un sentiment de désorientation. Puis les premiers indiquent la direction et se forme comme une spirale d’êtres humains qui descendent la montagne avec lenteur, conscience et gravité. J’ai l’image d’un tableau de Jérôme Bosch. En fait chaque pas fait de cette manière par des humains sacralise la montagne qui devient ainsi de plus en plus lumineuse.
La foule finalement arrive au pied de la montagne, j’ai l’image d’une pâte à gâteau prête à cuire.
6 : Quand le groupe Lifenet se joint à la foule, j’ai l’image d’un levain qui peut maintenant être mélangé à la pâte. Et là, une danse arrive, comme les danses de village, douce, tranquille et joyeuse. Une joie des retrouvailles et de la communication, y compris entre ceux qui ont des positionnements très différents. Cette joie vient du fait qu’il y a un espace pour L’AUTRE. Joie de la découverte de l’AUTRE. S’il y a une difficulté : s’arrêter et faire silence pour retisser la connexion à un autre niveau que le plan du mental. D’abord la connexion ensuite peut venir la compréhension. Ce mouvement se fait très lentement.
Séquence 3 : Il existe une distorsion cachée dans la relation de l’homme avec Gaïa
5 : J’ai l’image de Merlin, je suis impressionnée par ces personnages et je ressens de la gravité et de la vénération dans mon cœur.
6 : Les personnages sont faits de voiles très fins, avec le feu cosmiques ils se déploient avec une grande lenteur. Comme dans une danse type Tai Chi ou Eurythmie. Chaque mouvement donne une information, ils sont connectés entre eux comme les planètes, quand l’un bouge ça réorganise e tout l’ensemble dans une cohérence sans cesse renouvelée.
7 : Le feu amené dans mon ventre crée comme une ancre qui vient s’arrimer dans Gaïa. De nouveau, mon centre de gravité descend. J’éprouve un grand sentiment de sécurité et la sensation d’être à ma place.
Séquence 4 : Franchir la barrière qui sépare l’humanité du monde féérique et l’être humain de sa propre dimension féérique.
1 : je ressens de la tristesse et de la fatigue. Puis je laisse mon deuxième Moi me pénétrer jusqu’au cœur et là apparait une petite étincelle de joie.
2 Il y a de la brume au-dessus du lac, je marche sur la pointe des pieds et sans bruit.
5 : La ville ressemble à la cité des Elfes dans le Seigneur des anneaux. Je sens que je m’allonge et que je deviens très grande avec une tête d’extra-terrestre (type la cantatrice dans le 5ème élément).
6 : La rencontre avec les habitants se fait par l’interpénétration des corps subtils, on entre tous les uns dans les autres.
La clef : sentir avec ses corps subtils, ne plus être hypnotisé par la matière, laisser la rencontre s’opérer sans rien vouloir. Je pense à un noyer : Walnut dans un lieu que nous venons d’acquérir. Quand je me connecte à lui, je sens qu’il me fait accéder à une connaissance beaucoup plus large que le terrain, plus large que la ville de Troyes (jusqu’à Clerey ou Verrière) qui sont en périphérie de la ville.
8 : Lenteur, perception et communication avec tout ce qui vit. Je pense aux rosiers que je viens de planter sur ce terrain, ils me sont montrés comme un terrain d’enseignement. On me dit que je peux demander au noyer comment faire pour me laisser enseigner par eux comme dans une classe d’école primaire.
Merci profondément à Marko et à toute l’équipe une fois encore pour cet atelier.

1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x